Bonjour LeDocta, j’aimerai prendre des pilules pour ne plus avoir de maternité pendant un certains temps. Quelles sont les inconvénients de ses pilules ?

Sophie depuis Libreville (Gabon)

Bonjour Sophie, l’occasion nous est offerte par votre question d’apporter un éclairage sur les différents modes de contraception.

La contraception est l’ensemble des méthodes destinées à la prévention de la survenue d’une grossesse. Elle doit être temporaire et réversible par opposition à la stérilisation qui est définitive et irréversible. Elle doit être bien tolérée, sans risques majeurs, et peu coûteuse.

Quelles sont les différentes méthodes contraceptives ?

Méthodes naturelles

  • Coït interrompu (votre partenaire se retire avant l’éjaculation).
  • Courbe thermique ou observation (rapport en dehors de la période d’ovulation).

Méthodes chimiques

  • Hormonale (les fameuses pilules donc tu parles)
  • Œstroprogestatifs
  • Progestatifs
  • Dispositif intra utérin
    • DIU en cuivre
    • DIU à la progestérone

Méthodes locales

  • Préservatifs masculins, préservatifs féminins
  • Diaphragme
  • Les spermicides : crèmes, ovules, tampons

Nous allons nous intéresser à la pilule dans la suite

Comment ça marchent les pilules ?

Ils en existent 2 types :

  • Pilules œstroprogestatives (Les plus répandues)

Elles résultent de la combinaison des hormones œstradiol et progestatif qui vont entrainer :

  • Inhibition de la formation des ovules
  • Modifications de la glaire cervicale, épaisse et rare (empêchant la progression des spermatozoïdes).
  • Atrophie de l’endomètre, empêchant la fixation de l’embryon dans l’utérus.

Ces pilules doivent être prises en continu pendant 21jours puis un arrêt de 7 jours est observé avant la reprise d’une nouvelle plaquette. C’est pendant cet arrêt de 7 jours que surviennent en général les règles.

  • Les pilules progestatives

Elles se retrouvent dans certaines pilules et les implants.

Les progestatifs entrainent essentiellement une modification de la glaire cervicale la rendant impropre à la fécondation ; et parfois une action sur la sécrétion de la LH et FSH.

Les pilules progestatives doivent être prises en continu sans arrêt.

Qui ne peut pas prendre des pilules ?

Ils existent des situations dans lesquels on ne peut pas prendre ces pilules.

  • Les interdictions strictes : Si la personne a une hypertension, un cancer du sein, des antécédents thromboemboliques (un caillot de sang qui bouche un vaisseau), trouble lipidique. L’association avec certains médicaments contre la tuberculose, le Gardenal…
  • Les interdictions relatives (à voir au cas par cas) : grosse varices (dilatation des veines au niveau des jambes), antécédents psychiatriques, la douleur des seins, Diabétique de type I, l’obésité. L’association tabac-pilule au-delà de 35 ans est dangereuse pour le cœur.

Comment choisir sa contraception ?

Pour savoir quelle est la méthode contraceptive la mieux adaptée à votre profil, il faut consulter votre Gynécologue qui vous fera un bilan complet et vous proposera en fonction de votre âge, en fonction d’une pathologie ou d’un antécédent médical particulier, en fonction du fait que vous ayez accouché et que vous allaitez ou non l’une des méthodes.

Surveillance sous pilule

  • Consultation gynécologique et mammaire tous les 3 mois jusqu’à ce que la pilule donne pleine satisfaction, puis tous les ans,
  • Frottis de dépistage à la 1ère consultation puis 1 an après puis tous les 3 ans en l’absence de facteurs de risque ou d’antécédents cervicaux,
  • Bilan sanguin : le plus souvent réalisation du 1er bilan à 3-6 mois sauf en cas de facteurs de risque puis tous les 5 ans.
  • Il n’y a pas lieu d’arrêter la pilule de temps en temps (« fenêtres thérapeutiques ») : c’est illogique, inutile et source de grossesses intempestives.

Que faire en cas d’oubli de pilule ?

L’oubli est responsable de 5 à 10 % des IVG.

  • La contraception d’urgence (Norlevo*) est un bon recours s’il y a eu un rapport le jour de l’oubli
  • Si l’oubli est de moins de 24 heures, compenser le comprimé oublié par la prise de 2 comprimés puis continuer jusqu’à la fin du pilulier.
  • Si l’oubli est de plusieurs comprimés, il y a souvent des métrorragies et le plus simple est de stopper puis de reprendre au 1er jour des prochaines règles.

Petits ennuis sous pilule

  • Métrorragies (saignement entre les règles)
  • Prise de poids de 1 à 2 kg ou rétention hydrique minime.
  • Oligoménorrhée c’est-à-dire faible écoulement de sang durant les règles et la diminution de leur fréquence.
  • Douleurs des seins.
  • Jambes lourdes.
  • Sécheresse vaginale.
  • Modification minime du système pileux.
  • Diminution de la libido.

La plupart de ces petits ennuis sont de courte durée. j’espère t’avoir aidée.

LIRE OU RELIRE AUSSI:

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY