Bonjour  LeDocta je voudrais avoir des informations sur la prise en charge de l’hépatique C. Quels sont les premiers examens à faire avant la mise sous traitement, combien coûtent ces examens et le traitement proprement dit?

merci d’avance

Anonyme depuis Douala (Cameroun)

 L’hépatite C est due à l’infection par un virus. Dans 15-45% des cas, la personne infectée après une hépatite aiguë, éliminera le virus. Le reste développera une hépatite chronique après l’hépatite aiguë.

Au Cameroun la prévalence (nombre de cas) de l’hépatite C est de 1,1%. La tranche d’âge la plus touchée est celle de 55-59 ans avec une séroprévalence de 7,6%. Les zones rurales sont plus touchées que la ville.

Comment se transmet-elle?

  • La consommation de drogues injectables avec partage de seringues.

 

  •  La réutilisation ou la mauvaise stérilisation du matériel médical (seringues, aiguilles) comme cela a été au Cameroun surtout avant les années 1960, lors des campagnes de santé de masse.

 

  • Certains rituels tels la circoncision, les scarifications, les transfusions sanguines (bilan avant transfusion incomplet), le partage d’instruments coupant.

 

  • La transmission mère-enfant et la transmission par voie sexuelle sont exceptionnelles.
 Le contact corporel, le lait maternel ou le partage d’un repas avec une personne contaminée ne transmet par le virus.

Comment se manifeste-t-elle?

2 semaines à 6 mois après l’infection, 20% des patients (80% seront asymptomatique) développeront une hépatite aiguë qui se révèlera par une fièvre, une fatigue, des troubles digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales), des courbatures, des urines foncées suivie d’un jaunissement des yeux.

Ceux qui évolueront vers la forme chronique seront à risque de développer une cirrhose du foie puis un cancer du foie.

Quels sont les examens à  réaliser?

  •  Le test de dépistage : Ac anti VHC permet d’identifier les personnes qui ont été en contact avec le virus.
  • le diagnostic de certitude se fait par la mise en évidence du virus dans le sang, en évaluant la charge virale.

Une personne qui a réussi à se débarrasser du virus spontanément exprimera toujours des anticorps contre le virus de l’hépatite C, mais sa charge virale sera nulle.

Votre médecin devra déterminer quel est le génotype du virus. Au Cameroun trois (3) génotypes sont retrouvés: 1, 2, 4. Le protocole de traitement est fonction du génotype et des lésions du foie. Les lésions du foie sont évaluées par un bilan biologique hépatique complet, une échographie abdominale et un fibroscan.

Le coût du bilan est fonction du laboratoire et du centre d’imagerie.

Quand traité et à combien ?

Toute personne atteinte d’une hépatite virale C doit être traité, sauf ceux qui ont une espérance de vie limitée. C’est la première infection virale curable.

Le ministère de la santé met à la disposition des malades une grille de prix :

– pour le génotype 1 et 4: le protocole sofosbuvir- ledipasvir pendant 3 mois pour un coût total de 840 000f FCFA.

– pour le génotype 2: le protocole sofosbuvir-ribavirine pendant 3 mois, pour un coût total de 450 000f FCFA. Mais ce dernier protocole du fait de nombreuses résistances chez les patients ne fait plus l’objet de recommandations internationales. Votre médecin vous proposera soit le protocole sofosbuvir- daclatasvir ou le protocole sofosbuvir- velpatasvir.

L’hépatite C est une infection curable que l’on retrouve surtout chez les personnes de plus de 50 ans. Rapprochez-vous de votre médecin ou d’un spécialiste en Hépatogastroentérologie.

LIRE OU RELIRE AUSSI:

LEAVE A REPLY