Bonjour LeDocta

Je vis avec ma tante qui a accouché il y a de cela  un an et plus et j’ai remarqué qu’elle perd involontairement les urines à longueur de journée. J’aimerai savoir pourquoi et si c’est possible d’y remédier car je sais aussi qu’elle doit avoir consulté sans succès.

Emilie depuis Ayos (Cameroun)

    Bonjour Emilie

Ce dont souffre ta tante est assez fréquent chez nous en Afrique subsaharienne, en Asie et en Amérique latine. Elle  survient très souvent après un accouchement difficile (bébé très gros et/ ou bassin de la mère étroit). Le terme médical y consacré est la fistule obstétricale.

QU’EST-CE QUE S’EST RÉELLEMENT ?

En effet la fistule obstétricale est une communication anormale entre soit :

  • La vessie et le vagin
  • Le vagin et le rectum
  • La vessie et l’utérus
  • L’urètre et le vagin

En fonction du siège de la communication on peut avoir une perte vaginale d’urine et / ou de matière fécale

QUELLES SONT LES CAUSES

On distingue les fistules obstétricales et les fistules non obstétricales

Le premier groupe survient après un accouchement ou un avortement

  • Travail trop long et laborieux.
  • Les expressions utérines (lorsque l’on pousse sur ventre pour faire sortir l’enfant).
  • Mauvaise appréciation de la mécanique obstétricale par l’accoucheur.
  • Utilisation malencontreuse de certains outils d’extraction du bébé.

Le second groupe survient en dehors de la grossesse ou de l’avortement et comprend :

  • Les traumatismes (contusion du petit bassin)
  • Iatrogène (chirurgie pelvienne, radiothérapie)
  • Certaines maladies infectieuses pelviennes
  • Les mutilations génitales

QUELLE EST LA GRAVITE

Elle dépend du siège de la fistule mais surtout de sa taille et des récidives si la patiente a déjà été opérée sans succès.

On distingue :

  • les petites fistules : orifice inférieur à 2cm
  • Les fistules moyennes 2-3cm
  • Les grandes fistules 4-5cm
  • Les fistules larges supérieures à 5cm

LES COMPLICATIONS DE CETTE MALADIE

Ce sont des patientes qui développent très souvent :

 

  • Les calculs rénaux (petits agrégats pierreux dans les reins ou les voies urinaires et très douloureux) : les patientes sont souvent déshydratées, buvant très peu de peur de perdre les urines.

 

  • Les irritations de la peau (périnée) dues à l’acidité de l’urine sources d’escarres et de grosses infections cutanées (effet caustique permanent de l’urine)

 

 

  • Les aménorrhées psychologiques : se sont des patientes qui redoutent désormais la grossesse.

 

  • Rejet conjugal et sociétal ( isolement)

 

QU’EN EST-IL DU TRAITEMENT

Le traitement définitif consiste à refermer chirurgicalement l’orifice anormal qui s’est constitué.  A cela on peut y associer certaines mesures d’accompagnements

 

  • Alimentation riche en protéine

 

  • Boisson suffisante (prévient les calculs rénaux)

 

  • Antibiotiques/ antianémique/ estrogènes / physiothérape/ drainage

 

  • Réinsertion sociale +++

Après le traitement chirurgical la patiente doit être mise sous contraception efficace pendant au moins un an et une césarienne sera souhaitable lors des grossesses à venir.

Ma chère emilie je vous conseille vivement d’amener votre tante consulter un médecin spécialisé pour ce genre de problème afin qu’on y mette fin définitivement mais surtout de sensibiliser aussi autour de vous afin que les grossesses soient bien suivies et  les accouchements conduits par des personnes qualifiées.

LIRE OU RELIRE AUSSI:

 

 

 

 

 

 

 

 

LEAVE A REPLY